Les crêpes et moi.

Les crêpes et moi.

Il n’y a rien de spécial à affirmer que l’on adore les crêpes, dans la mesure ou les personnes qui n’aiment pas ça sont plus rares que les trèfles à quatre feuilles. En revanche, j’ai longtemps prétendu ne pas savoir … Lire la suite

La rentrée pour les enfants différents…

La rentrée pour les enfants différents…

C’a été de votre côté ? Mon fils aîné est entré en moyenne section de maternelle (oui, quand on le voit comme ça, on croirait qu’il rentre en CP. Mais non). Il y est allé en sautillant, un sourire sincère … Lire la suite

Le cauchemar du blogueur…

… La panne d’ordinateur.
Le cauchemar du blogueur fauché : ne pouvoir rien y faire et attendre.

image

Mais ne soyons pas pessimiste.

1 – J’ai toujours un smartphone. Je suis limitée mais je suis toujours là.

2 – J’ai un frère trop sympa qui aime bien dépanner sa petite soeur. Dans deux-trois semaines, je récupère un petit ordinateur à lui.

3 – J’ai du temps pour vous préparer plein de trucs que vous allez aimer (mon appareil photo, lui, n’est pas en panne, DIEU M’EN GARDE.) En préparation, notamment, d’autres présentoirs à bijoux (parce que nous n’avons pas que des bracelets).

En attendant, je posterai des billets « inspiration »… Histoire de ne pas perdre la fièvre créative.

A bientôt !

Les enfants à l’heure dorée.

Oui, je meuble parce que j’ai vraiment manqué de temps, mais au moins, j’essaie de meubler joli ^^ »
Avec un peu de photographie et mes enfants dedans (je précise que ces deux poupons chevelus sont bien des garçons).

IMG_0648

 

IMG_0657

 

IMG_0671

 

IMG_0677

 

Promis, je me rattrape cette semaine avec un DIY bijou tout frais et tout estival.
En attendant, vous pouvez déjà faire sécher une pâquerette sur du papier sulfurisé, sous un dictionnaire, parce qu’on en aura besoin !

Me suivre sur facebook

Visiter ma boutique

Le bébé est une personne

bc4daf9a6ced9ab0a35e8faaceb34861

Vous n’allez pas voir de nouveaux tutoriels ici pendant quelque temps (deux semaines, pour être honnête), car je suis absente… En fait, je suis en formation. Je viens d’être agréée en temps qu’assistante maternelle, mais il me faut en passer par cette fameuse formation de 60h avant de pouvoir commencer à accueillir mon premier enfant.

Je n’étais pas super enthousiaste à l’idée d’aller faire cette formation, pas tout à fait à côté de chez moi, et surtout parce que je redoutais ce truc propre aux filles et plus particulièrement aux mères : le tirage dans les pattes, le crêpage de chignon, le cassage de sucre sur le dos, dés que l’on commence à parler de ses principes éducatifs (mères, vous voyez de quoi je veux parler).
Et je craignais la formatrice de plus de 50 ans élevée à l’ancienne, formée à l’ancienne, celle qui sait tout parce qu’elle a 30 ans d’expérience et qui vous dirait « ne vous attachez pas aux enfants que vous aller garder, vous n’êtes pas leur mère / ne le prenez pas trop dans vos bras, vous lui donnerez de mauvaises habitudes » et autres hérésies éducatives.

Mais non. Je suis tombée sur un petit groupe de 7 personnes (3 fois moins que d’habitude, paraît-il), donc l’ambiance est bonne (pour l’instant), et un formateur (un homme oui) incroyable, avec une approche de l’éducation que je qualifierais de « doltoïste »… juste comme la mienne. Tout ce que nous prônons, c’est une éducation bienveillante, qui prend en compte cet individu à part entière qu’est le très jeune enfant. Une éducation qui remet en cause de vieux principes pourtant encore très ancrés dans notre bonne vieille tradition éducative française.

* Bien sûr, qu’il faut s’attacher à l’enfant que vous aller garder, puisque cet enfant, lui, s’attachera à vous. Comment voulez-vous être le relais affectif de ses parents en vous l’interdisant ?
* Bien sûr que non , cet enfant ne vous prendra pas pour sa mère. Bien sûr qu’il sait faire la différence. Nous avons tous, parmi nos amis, des personnes que l’on aime comme des frères, soeurs, et même pères et mères tout en sachant faire la différence, alors pourquoi pas lui ?
* Bien sûr que non, beaucoup porter un enfant ne le rend pas dépendant et incapable de se décrocher de vous. Au contraire, c’est en rassurant l’enfant que l’on l’encourage à grandir, parce qu’il est en confiance, et qu’il n’a plus peur d’aller conquérir le monde.
* Bien sûr que non, vous n’avez rien à apprendre à cet enfant. L’enfant apprend seul, par la découverte, et votre rôle est uniquement de l’accompagner, de le guider dans cet apprentissage.

« L’enfant n’est pas un vase que l’on remplit, mais une source qu’on laisse jaillir. » – Maria Montessori